On parle de nous !

On parle de Saint-Georges-la-Pouge


Les élus démissionnaires dans l’attente

Article dans la Montagne
du 21 Septembre 2021
SAINT-GEORGES-LA-POUGE

En introduction du Conseil municipal, ce 11 septembre, Delphine Poitou, a précisé que suite à leurs courriers de démission, la maire, ses deux adjoints et une conseillère ont été reçus à la préfecture. Elle a expliqué qu’à ce jour, ils ne sont toujours pas à échéance de la date limite de réponse ( article L – 2122 – 15 du CGCT ). De plus, étant donné le climat actuel et les diverses plaintes ainsi que le recours au tribunal administratif qu’ils subissent, elle n’abordera pas ce sujet, tant que les instances compétentes n’auront pas statué. En tant qu’administratrice de la commune et soucieuse de l’intérêt des habitants, elle tient à ce qu’il n’y ait pas de rupture dans le fonctionnement de la commune et, en particulier, dans la tenue des conseils. Elle compte sur l’engagement responsable de chacune et de chacun.

Travaux et plan de financement de la sectorisation du réseau d’eau potable. Cette mise en place s’avère nécessaire à la réalisation de l’étude du schéma directeur eau potable déjà engagée. Le coût de cette sectorisation étant budgété pour 2021, mais pas inclus dans le montant du marché de l’étude initiale, il est demandé au conseil de valider le plan de financement. Ce qui permettrait un subventionnement de 70 % par l’Agence de l’eau Loire-Bretagne et de 10 % par le Conseil départemental pour un montant total de 24.000  € . Le reste à charge pour la commune serait de 5.360  € .

Adhésion au service de mission temporaire du centre de gestion de la fonction publique territoriale de la Creuse. Pour faire face à l’absence momentanée de personnel dans les collectivités territoriales, le centre de gestion de la Creuse a créé un service de remplacement. L’équipe d’intervenants de ce service est constituée d’agents titulaires ou contractuels, formés en vue d’assurer rapidement des remplacements.

Ces deux délibérations ont été adoptées à l’unanimité.

Adhésion au service de médecine du centre de gestion de la fonction publique territoriale de la Creuse. En revanche, Delphine Poitou n’a pas réussi à convaincre la totalité des conseillers municipaux sur la nécessité d’adhérer à la médecine de prévention. Pourtant la circulaire du Centre de Gestion précise l’obligation faite aux communes et permet aux agents municipaux de bénéficier de visite médicale. De plus, ce service conseille l’autorité territoriale, les agents et leurs représentants sur les actions à mener tant sur le milieu professionnel que sur la surveillance médicale des agents.

Avec quatre voix contre, une abstention et quatre voix pour, la délibération a pu être adoptée uniquement par voix prépondérante de la maire.

 

Le climat est tendu entre les élus du conseil municipal

Une garderie à la disposition des familles

Article dans la Montagne
du 07 Septembre 2021
SAINT-GEORGES-LA-POUGE

Comme promis, la création de la garderie a été assurée par la maire, Delphine Poitou et son équipe. Les suggestions des habitants, issues de sondage, lors des dernières élections municipales sont devenues leurs priorités. Les élus ont donc tenu promesse. La Commune met un service municipal de garderie périscolaire à disposition des familles des enfants scolarisés à l’école. Cette garderie fonctionnera les jours scolaires de 7 h 30 à 8 h 30 et de 16 h 30 à 19 heures les lundis, mardis, jeudis et vendredis, au tarif de 2 €. Douze enfants ont été accueillis dès le 2 septembre.

Il s’agit d’une garderie et non d’une aide aux devoirs. Lieu de détente, la garderie périscolaire laissera à l’enfant le choix de son activité (travail scolaire, lecture, jeux, repos, activités manuelles) en groupe ou individuellement.

Le fonctionnement de ce service, à caractère social, sera assuré par des agents contractuels municipaux, Sophie Vinçon et Marie Sulpice, sous la responsabilité de la maire.

Également, étaient attendus, par les enseignants et les enfants, des travaux dans l’école. Les délais ont pu être tenus grâce à la réalisation de certains travaux par les agents techniques municipaux. De ce fait, les petits et les grands peuvent, dès cette rentrée scolaire, profiter d’une cour rénovée et sécurisée, de portes repeintes et colorées et d’un nouveau portail.

La garderie sera assurée par deux agents contractuels municipaux, Sophie Vinçon et Marie Sulpice.

Marianne tombe de son socle

Article dans la Montagne
du 14 Septembre 2021
SAINT-GEORGES-LA-POUGE

Suite aux travaux d’enfouissement des réseaux qui se déroulent actuellement à Saint-Georges-la-Pouge, la Marianne qui se trouvait sur la Fontaine est tombée de son socle.

Si la fontaine est endommagée et nécessitera l’expertise d’un technicien des bâtiments de France, la Marianne est heureusement intacte. Elle est stockée et protégée dans les ateliers municipaux.

Que les habitants de Saint-Georges-la-Pouge ne s’inquiètent pas : les travaux de restauration sont prévus et l’effigie de la République retrouvera sa place sur un socle réparé et sécurisé.

Bien que tombée de son socle, la statue est intacte.

Toute l’histoire de la commune en un recueil

Article dans la Montagne
du 28 Juillet 2021
SAINT-GEORGES-LA-POUGE

Passionnés. Pendant le confinement de mars 2020, Jean-Claude Morel et Jacques Lefort ont décidé de réaliser un recueil de cartes postales anciennes et de divers documents sur Saint-Georges-la-Pouge. Collectionneurs tous les deux, ils ont souhaité tisser une toile confectionnée de souvenirs, d’anecdotes et de photos. Tout un pan d’histoire qui appartient à la mémoire collective de la commune la compose. Ce recueil permet de découvrir ou de faire revivre des métiers du passé, la vie du quotidien, les commerces disparus, les nombreuses activités en famille.

Ce recueil de 152 pages sera en vente à la brocante de Saint-Georges-la-Pouge samedi 7 août, au prix de 20 €.

 

Jean-Claude Morel et Jacques Lefort présentant leur recueil de cartes postales devant la Fontaine de Saint Georges La Pouge

Une première adjointe privée de délégation et signature

Article dans la Montagne
du 28 Juillet 2021
SAINT-GEORGES-LA-POUGE

Lors du dernier conseil municipal, les conseillers ont dû se positionner sur le maintien ou non de Patricia Laplanche à son poste de 1 re adjointe. Ce vote à bulletin secret permettait de confirmer ou non la décision de la maire du retrait de délégation. Or, cette demande a été rejetée par 5 votes pour, 4 contre et une abstention. De ce fait, Patricia Laplanche est maintenue à son poste de 1ère adjointe, sans aucune délégation et signature.

Délibérations votées. Les autres délibérations ont été adoptées à l’unanimité : modification du règlement intérieur du conseil, travaux de désinfection de l’eau potable ou la décision de créer un poste d’adjoint technique en CDD pour la garderie. En revanche, le tarif de 2 € pour la garderie a fait débat. Patricia Laplanche a considéré que l’estimation de 2 € ne permettait pas d’évaluer correctement toutes les charges afférentes au coût de cette garderie. Les élus porteurs du projet, estimaient quant à eux, que ce tarif forfaire répondait à une action sociale de la commune. En définitive, le tarif de 2 € a été adopté par 5 votes pour et 5 abstentions.

Questions diverses. Les 2 € ont continué à s’inviter au débat. Mme Benard s’est étonnée de la tarification de 2 € pour la randonnée de la lune du jeudi 29 juillet. Elle précise que ces randonnées ont toujours été gratuites et que les participants empruntent des chemins communaux publics et entretenus par la commune voire par des habitants volontaires. Patricia Laplanche, également présidente de l’Office du tourisme, a expliqué que le tarif de 2 € validé par le bureau de l’Office se justifiait par le temps consacré par la responsable de l’organisation de cette randonnée.

Une élue a demandé que le projet de la bibliothèque-médiathèque soit évoqué lors d’un futur conseil municipal.

Un conseil municipal du 16 juillet insolite.

Les enfants ont clos l’année en beauté

Article dans la Montagne
du 20 Juillet 2021
SAINT-GEORGES-LA-POUGE

Pour clore l’année, les enfants de l’école ont offert un spectacle préparé par les enseignants. Des petits de maternelle, aux plus grands de l’élémentaire, tous ont participé à son élaboration.

Les enfants de CP, CE1 et CE2 ont présenté le monde du vivant et leur rôle dans l’environnement. Pendant l’année scolaire, le projet « jardin à l’école », initié par leur enseignante, Nathalie Paturel, leur a permis d’étudier les plantes. En se mettant à la place des scientifiques et en se posant de multiples questions, les enfants ont pu constater les nombreuses transformations du monde vivant. D’expériences en expériences, du semis aux séances d’arrosages, les enfants ont observé et découvert comment cultiver courgettes, betteraves, poireaux et même des œillets d’Inde pour fleurir leur parterre. Ensuite, pour colorer leur jardin, les enfants ont incorporé un arc-en-ciel réalisé à partir d’une palette. Car de la récupération à la permaculture, basée sur la prise en compte de la nature, l’objectif de ce projet était d’expliquer aux enfants une façon de vivre ensemble en harmonie et une approche respectueuse de l’environnement. Après le spectacle, en appliquant les gestes barrières, les grands et les petits ont partagé avec délice les gourmandises offertes par les enseignants.

 

Enfants, parents et enseignants étaient réunis pour clore l’année scolaire en chansons. © Droits réservés

Les projets avancent malgré les tensions au Conseil municipal

Article dans la Montagne
du 15 Juillet 2021
SAINT-GEORGES-LA-POUGE

Lors du dernier Conseil municipal, Delphine Poitou, maire, a informé les élus que, malgré plusieurs réunions de médiation infructueuses et suite à des dissensions graves entre la maire et sa première adjointe, elle avait pris la décision de procéder au retrait des délégations de fonction et de signature accordées à Mme Laplanche. Un nouveau tableau des adjoints sera proposé au vote lors du prochain Conseil municipal.

Projet médiathèque. Le Conseil municipal a adopté à l’unanimité le partenariat avec le département via la Bibliothèque départementale de la Creuse permettant la création d’une future médiathèque municipale. Constatant que la commune ne possède plus de bibliothèque depuis 1990, il est apparu opportun de proposer la création d’un espace de rencontre, d’échanges, de loisirs et de culture. Ce projet est le résultat des nombreuses réunions de la commission culture cadre de vie.

Projet garderie. La demande d’une garderie est forte sur la commune et relève d’un vrai besoin pour améliorer la qualité de vie des parents. De plus, un questionnaire destiné aux parents révèle que ce dispositif permettrait à certains élèves scolarisés hors de la commune de pouvoir fréquenter l’école de Saint-Georges. Cette délibération a été adoptée à l’unanimité.

Questions diverses. L’abri bus est hors d’usage mais neutralisé et les travaux seront réalisés à l’automne par le Département. Les inscriptions à la déchetterie se font désormais sur rendez-vous pour l’enlèvement des encombrants.

Conseil municipal. La prochaine réunion se tiendra demain vendredi 16 juillet, à 20 heures, à la salle polyvalente. L’ordre du jour sera la suivant : maintien au poste de première adjointe de Patricia Laplanche ; création d’un emploi permanent et recrutement, le cas échéant, d’un agent contractuel ; création d’un contrat à durée déterminée ; modification du règlement intérieur du Conseil municipal ; désinfection de l’eau potable ; règlement intérieur et tarif de la garderie.


Le Choeur de Lavaveix a conquis le public

Article dans la Montagne
du 15 Juillet 2021
SAINT-GEORGES-LA-POUGE

Quel plus bel écrin, à l’acoustique reconnue, que l’église de Saint-Georges-la-Pouge pour entendre le concert du Chœur de Lavaveix-les-Mines qui s’est déroulé le 3 juillet. Les trente choristes, poussés par le vif désir de conserver et de promouvoir les chants sacrés, ont permis d’accéder à un récital de témoignage aux nombreux publics. Éclectiques, certains de ces choristes, Les Gars de la Creuse, ont ensuite produit un florilège de chansons françaises.

Comme la musique dispose d’une très forte charge symbolique et qu’elle rassemble, touristes, habitants, croyants et non croyants, tous ont répondu présents pour partager ce récital. Ces 30 choristes, en se produisant bénévolement et au profit de l’association Sauvegarde de l’église de Saint-Georges, ont offert, le temps d’un après-midi, une bulle de bien-être car, comme le dit l’adage, écouter de la musique, c’est soigner son âme.

A la fin du concert, Thérèse Bartoux, présidente de l’association Sauvegarde de l’église de Saint-Georges ainsi que ses membres, ont offert le verre de l’amitié rassemblant choristes et public pour le plus grand plaisir de tous.

Chants sacrés et florilèges de chansons françaises figuraient au programme de l’après-midi à l’église.

Un nouveau logo pour la commune

Article dans la Montagne
du 01 Juillet 2021
SAINT-GEORGES-LA-POUGE

Le Conseil municipal, du 26 Mai 2021, s’est réuni pour étudier les points suivants.

Logement de la rue du Moulin. Mme la maire propose de fixer le montant du loyer à 315 , des charges à 6 , de la TEOM à 10 .

Motion « Hercule ». Cette délibération concerne la libération du marché de l’électricité qui consiste en la séparation d’EDF en trois entreprises distinctes. En effet, la revente de la totalité de l’électricité produite par EDF à des fournisseurs d’énergies privés pourra augmenter le coût de l’électricité de manière considérable. Après lecture par Mme la Maire les présents sont appelés à se prononcer. La motion a été adoptée à la majorité.

Mobilier urbain. La demande de DETR ayant été refusée pour cette acquisition, les élus à l’unanimité ont accepté de budgéter cet achat.

Remplacement du surpresseur dans le château d’eau du bourg. La société SAUR qui a en gestion la maintenance du réseau de l’eau, a noté que le surpresseur du château d’eau devait être remplacé. Cependant, aucune notice, ni carnet de maintenance n’ont été fournis. Son remplacement pourra être effectué seulement après un contrôle réalisé par une société habilitée.

Logo. La commune, désireuse de posséder un logo, a lancé un appel à concourir auprès des habitants. Trois propositions ont été reçues. Les membres du conseil, après discussion, ont choisi celui qui dorénavant figurera sur toutes les communications de la commune.

Subvention. Il est proposé, exceptionnellement, d’attribuer une subvention de 50  à l’association Les Bleuets de France.

Questions diverses. Un projet bibliothèque issu des travaux de la commission culture est à l’étude et a obtenu l’appui de la Bibliothèque centrale de la Creuse. Une commission par l’administration postale déterminera en juin si l’agence postale peut être bénéficiaire d’un terminal numérique.

Nouveau logo de Saint-Georges-la-Pouge suite à un appel à concourir auprès des habitants 

Une stèle rénovée en mémoire du Maquis

Article dans la Montagne
du 25 Juin 2021
SAINT-GEORGES-LA-POUGE

De nombreux monuments, stèles et plaques commémoratives, rappellent les massacres qui ont eu lieu, en 1944, dans le département de la Creuse. Si la plus connue reste celle du bois du Thouraud commune de Maisonnisses, d’autres comme celle d’André Rousseau à Saint-Georges-la-Pouge, restent plus discrète. Or, en 2020 cette stèle a été endommagée par un camion. Fort heureusement, la commune a veillé à ce qu’elle soit réparée.

André Rousseau fut tué au combat

Comme le souvenir du passé dans les familles sculpte encore les mémoires, à l’occasion de la commémoration du souvenir du Maquis, samedi 12 juin, la famille d’André Rousseau est venue se recueillir devant la stèle rénovée.

Le président départemental de l’Anacr, Raoul Vaugelade, qui était présent pour cette date anniversaire, a tenu à rappeler que toutes les opérations de Résistance restaient très risquées face aux forces allemandes armées et expérimentées. André Rousseau, Résistant, fut tué au combat à Saint-Georges-La-Pouge, en couvrant avec son fusil-mitrailleur le repli du groupe de maquisards auquel il appartenait. C’est à ce titre qu’une stèle fut érigée à l’entrée la commune. Raoul Vaugelade, a également précisé qu’André Rousseau obtint la mention mort pour la France et que son nom figure sur le monument aux Morts de la commune de Lépinas ainsi que sur le mémorial de la Résistance creusoise à Guéret.

Les petits-enfants venus de Paris et de Saint-Étienne ont déposé une gerbe afin de témoigner de leur reconnaissance. Ils considèrent que les aînés se doivent de perpétuer ces commémorations auprès des jeunes générations. Ceci, afin de favoriser une prise de conscience globale et de tisser un lien intergénérationnel autour de la mémoire. Car malgré toutes ces années passées et bien que cet événement, particulièrement traumatisant, fut peu évoqué dans leur famille, ils n’oublient pas cette page d’histoire où des hommes ont répondu à leur courage, jusqu’au sacrifice de leur vie.

Les petits-enfants venus de Paris et de Saint-Étienne ont déposé une gerbe afin de témoigner de leur reconnaissance

L’appel aux bonnes volontés a été entendu

Article dans la Montagne
du 19 Juin 2021
SAINT-GEORGES-LA-POUGE

Le petit patrimoine de Saint-Georges-la-Pouge est constitué de lavoirs, de fontaines, de ponts, de croix particulières. Si le bourg possède une église classée des XII e et XIII e siècles, les villages regorgent également de richesses. L’eau ayant structuré l’espace et les activités humaines, la campagne conserve toujours l’empreinte de son omniprésence.

Un patrimoine à entretenir

Cependant ce patrimoine rural est souvent inutilisé, délaissé et risque à terme de disparaître de nos campagnes. Pourtant, les habitants y sont fortement attachés et les touristes trouvent un grand intérêt à ces témoins modestes de la vie d’autrefois. D’autant que ces édifices qui avaient avant tout un aspect pratique, formaient souvent des lieux de rencontres. C’est dans l’objectif de conserver et de transmettre ce patrimoine aux générations futures que le comité des fêtes a lancé un appel à volontaires dimanche 6 juin.

Le pari a été gagné puisque les bénévoles, dans la bonne humeur, ont répondu présent pour le nettoyage et la mise en valeur de ces témoins patrimoniaux.

La fontaine de Chanseaud et la croix de Nouallaguet ont retrouvé un air de printemps après la toilette pratiquée par les volontaires, munis de bottes, de pelles, râteaux, débroussailleuses et autres coupes branches. La fontaine de la Rougerie, déjà référencée sur le cadastre napoléonien de 1810, est de nouveau accessible. Ainsi, la mémoire des anciens est toujours présente.

La journée, bien chargée, s’est terminée par la mise en valeur du pont du Puy Chalard et du chemin de promenade allant jusqu’au Chalard afin de préserver la qualité des paysages et d’assurer un réel attrait touristique.


Article dans la Montagne
du 17 Mai 2021
SAINT-GEORGES-LA-POUGE

Le Conseil municipal en date du 23 avril a été principalement consacré à la validation des travaux budgétés lors du dernier conseil.

Étude pour le schéma directeur eau potable. Des entreprises ont été consultées pour l’étude patrimoniale, le diagnostic, le schéma directeur eau potable et la sectorisation avec télégestion. Quatre entreprises ont répondu à cet appel d’offres. Après étude des propositions, c’est l’offre la moins disante du cabinet Larbre ingénierie qui a été retenue. La mise en place de compteurs de sectorisation s’avérera nécessaire à la réalisation de cette étude, de ce fait le coût n’est pas inclus dans le montant du marché. Une subvention de 70 % sera demandée à l’Agence de l’eau Loire-Bretagne ainsi qu’une subvention de 10 % au Conseil Départemental.

Voie communale. Mme le maire informe les conseillers que le projet de la réfection de la voie communale de Bournazeau/Ribière/D3 sera subventionné au titre de la DETR. Après étude des différents devis reçus, le Conseil municipal décide de retenir le devis de l’entreprise Colas pour un montant de 37.762 HT.

Acquisition de matériels. Il est proposé d’acquérir un broyeur d’accotement qui servira pour l’entretien des chemins ruraux de la commune ainsi qu’une cureuse de fossés. Suite aux différents devis, le Conseil municipal décide de retenir les offres des Établissements Dubranles pour un montant de 7.560  € TTC avec une reprise de l’ancien matériel pour 600  € soit un coût total de 6.960 € pour le broyeur et de 8.820 € avec une reprise de l’ancien matériel pour 500 € soit un coût total de 8.320 € pour la cureuse de fossés.

Travaux à l’école. Des travaux de changement des volets de l’école ainsi que les deux portes d’entrée ont été validés à l’unanimité. Suite aux différents devis concernant ces travaux, le conseil municipal a décidé de retenir l’entreprise Zadoks Gidéon pour les volets pour un montant de 7.450  € TTC et l’entreprise Pascal Couffy pour le changement des portes pour un montant de 5.880  € TTC. Ce dossier n’a pas été retenu au titre de la DETR.  


Article dans la Montagne
du 11 Mai 2021
SAINT-GEORGES-LA-POUGE
Grand nettoyage bénévole du lavoir du bourg

La parcelle et le mur du fond du lavoir du bourg ont été nettoyés.
Il n’y a pas de petit et de grand patrimoine. Les lavoirs font partie intégrante du patrimoine bâti. Ils sont les témoins d’un mode de vie révolu depuis plusieurs années. Certains habitants, mais surtout habitantes se souviennent encore de cette époque, jusqu’en 1970, du lavoir de Saint-Georges-La-Pouge.

Premier établissement public, ce lavoir ancien était alors utilisé pour rincer le linge mais également pour échanger des nouvelles. Personne ne regrette ces tâches difficiles remplacées par le lave-linge, certes. Cependant ce lieu témoigne, encore aujourd’hui, du savoir-faire de nos ancêtres et fait partie du patrimoine de la commune.

Sa construction, d’ailleurs, avait déjà été étudiée dès juillet 1910, comme l’atteste une délibération du conseil municipal. Mais c’est en août 1936 que M. Courbarien, propriétaire du terrain situé derrière le lavoir, acceptait de recevoir le trop-plein du lavoir et des captages proposés. En contrepartie, il laissait à la commune la jouissance du lavoir pendant une période de quinze ans sous condition que ce lavoir soit clos aux frais de la commune. Cette clôture devant également être entretenue par la commune et ne présenter aucune ouverture sur le terrain de M. Courbarien.

Depuis, les ronces, lierre et autres herbes folles ont envahi le mur, rendant l’accès difficile. C’est pourquoi le comité des fêtes a décidé d’un grand nettoyage permettant de mettre en valeur ce lieu de mémoires.

Les idées ne manquent et les volontaires accompagnés des agents municipaux espèrent agrémenter l’espace de fleurs, plantes vivaces voire d’exposer des photos anciennes du bourg et bien évidemment du lavoir.  

Les lavoirs dans le Bourg

Le comité des fêtes dévoile son calendrier

Avril 2021

Le comité des fêtes a tenu son assemblée générale sous la présidence de Jean-Claude Morel. Dans son rapport moral, le président a tenu à saluer les 27 membres de l’association qui ont œuvré activement au bon déroulement des activités.

Malgré plusieurs manifestations annulées à cause de la crise sanitaire, certaines activités ont été maintenues. L’organisation d’une soirée cirque avec la Communauté de communes Creuse Sud-Ouest a ainsi émerveillé et enchanté petits et grands, ainsi que le concert de Musique en marche, puis la brocante du 1 er août qui a accueilli une cinquantaine d’exposants.

La trésorière, Sylvie Barbe, a présenté un bilan financier 2020 sain grâce à l’excédent des années passées et à une bonne gestion. Des investissements ont été réalisés cette année (percolateur à café et gobelets réutilisables).

Parmi les projets 2021, on compte la participation à la journée de la randonnée organisée par l’Office du tourisme le 20 juin, la traditionnelle brocante le 7 août, l’opération « Nettoyage et découverte » du patrimoine le 6 juin, une journée récréative et familiale qui se terminerait par un déjeuner campagnard offert par le comité des fêtes.

Il est également prévu la création d’affiches d’information et de communication ainsi que celle d’un site Internet.

Bureau. Jean-Claude Morel, président ; Bernard Bidault, vice-président ; Sylvie Barbe, trésorière ; Francis Collet, vice-trésorier ; Dominique Bouré, secrétaire ; Magdeleine Orsoni, vice-secrétaire.


Des agents municipaux hyper-polyvalents La Montagne du 01 Avril 2021

Vous les voyez au bord de la route et tous les habitants de Saint-Georges-la-Pouge les reconnaissent. Ce sont les deux agents techniques qui, par tous les temps, entretiennent et embellissent la commune.

En cette période de pandémie et d’intempéries, Cécile Chicot et Patrick Tintant sont le plus souvent le lien direct avec les habitants. Tout en respectant les mesures sanitaires obligatoires, ils prennent part à tous les travaux, petits ou grands, de la commune.

De nombreuses missions

C’est le lot des agents dans les petites communes, il faut être polyvalent, mais cette polyvalence est une force. Elle leur permet d’intervenir dans tous les domaines même en cas de situation d’urgence liée aux conditions climatiques et\ou événements exceptionnels, les fuites d’eau par exemple.

Du fleurissement de la commune à l’embellissement du bourg pour les fêtes de fin d’année, leur expérience reste précieuse. Récemment, ils ont remis à neuf un logement communal pour accueillir de nouveaux habitants, réalisant la peinture dans toutes les pièces, l’aménagement de la cuisine, la pose du carrelage, l’installation d’une terrasse avec clôture pour le jardin.

C’est un atout pour une commune de pouvoir compter sur des agents expérimentés, connus et reconnus de tous, souvent des enfants du pays, comme certains disent. À Saint-Georges-la-Pouge, les élus en ont pleinement conscience.

 
Les agents polyvalents ont posé une clôture dans le jardin d’un logement communal qu’ils ont rénové.

Lundi 12 Avril 2021
Matinée éducative et sportive à l’école


MATINÉE SPORTIVE. Les encadrants de la matinée vélo éducatif à l’école.
En adhérant à l’association Usep 23, la commune de Saint-Georges-la-Pouge a confirmé sa volonté d’initier les enfants aux valeurs sportives éducatives de respect et d’ouverture au monde. Les rencontres sportives inter écoles font donc partie de ses missions. Malheureusement le confinement lié au Covid-19 a stoppé toutes les activités inter-écoles.

Afin de continuer ses actions, l’Usep 23 a proposé d’intervenir par classe et dans chaque école. C’est pourquoi, vendredi 2 avril, Gauthier Malterre délégué départemental, accompagné d’une stagiaire, était présent à l’école pour une activité vélo éducatif avec tout le matériel nécessaire. Plusieurs catégories de vélos s’alignaient en attente des futurs « cyclistes », même des draisiennes, ces vélos que l’on fait avancer en poussant sur le sol avec ses pieds.

Un parcours d’orientation était installé sur la place sécurisée afin de permettre aux enfants l’apprentissage, voire pour certains la maîtrise de la conduite. Avant de leur proposer « d’enfourcher » leur bolide, Gauthier Malterre a rappelé l’utilisation obligatoire et indispensable du casque.

A l’occasion de ce dernier jour d’école ensemble, les enfants rassurés par la présence de leur enseignante, Marie-Eve Peyramaure et celle de leur Atsem Marie Sulpice, se sont réjouis de cette matinée éducative, certes, mais surtout ludique.


A Saint-Georges-la-Pouge, l’association Les Chemines s’intéresse à la gestion durable des forêts de Creuse

La Montagne le 12/03/2021

A l’invitation de l’association Les Chemines, Hans Kreusler, technicien forestier retraité, a animé une réunion d’information  sur le thème « Pourquoi gérer la forêt, et comment », le 27 février, à la salle polyvalente de Saint-Georges-la-Pouge (Creuse).

L’association Les Chemines a organisé une réunion d’information sur le thème « Pourquoi gérer la forêt, et comment », le 27 février, à la salle polyvalente de Saint-Georges-la-Pouge (Creuse).

Une vingtaine de personnes assistaient à cette réunion animée par Hans Kreusler, technicien forestier retraité, notamment Patricia Laplanche, première adjointe, venue s’assurer que les mesures sanitaires étaient respectées et s’informer d’une meilleure gestion forestière. Effectivement, les nouveaux élus sont très soucieux de l’avenir du domaine boisé de leur commune.

L’homme a besoin de la forêt, pas l’inverse

Hans Kreusler commence sa présentation en précisant que la forêt existait bien avant l’apparition humaine. Pour lui, la forêt n’a pas besoin des forestiers alors que les forestiers ont besoin d’elle. C’est un écosystème autonome et évolutif naturellement. Si l’intervention humaine existe, c’est d’abord parce que la forêt est rémunératrice. 

Les besoins de l’homme vs l’équilibre des écosystèmes

Aussi la récolte doit être pensée et adaptée aux besoins humains tout en maitrisant une gestion organisée qui permettrait une plus-value économique et écologique. Cependant, apparaît un conflit entre les besoins de l’homme et l’équilibre des écosystèmes en général, celui des forêts en particulier. La question posée est comment satisfaire les besoins des générations actuelles et futures de l’homme, sans compromettre la pérennité des écosystèmes forestiers. 

Une déforestation dramatique

Vue la démographie, la pression des besoins de l’homme sur la forêt n’a cessé d’augmenter. De ce fait la déforestation est dramatique à l’échelon mondial. Jusqu’à ce jour, le limousin est relativement protégé et le domaine forestier représente un bon volume.

Cependant, plus une forêt est ancienne plus elle remplit son rôle de biodiversité. Ce qui implique d’établir une véritable stratégie de gestion afin de permettre que les arbres remplissent une mission indispensable à l’équilibre environnemental ; la photosynthèse.

La forêt, un poumon vert

La forêt, poumon vert de la planète, protège en jouant son rôle de filtre. L’un des plus importants bienfaits que procure les arbres à notre environnement est certainement la fonction de purificateur d’air : en produisant l’oxygène que tout être vivant respire, en réduisant les gaz polluants ou encore en captant en partie les fines particules en suspension dans l’air.

C’est pourquoi les coupes rases ne sont pas les meilleures solutions pour l’avenir de la forêt et qu’il est nécessaire de sélectionner les arbres pour prendre en compte l’interaction de cet écosystème. 

L’industrie du bois

Ensuite, Hans Kreusler estime que l’intervention humaine doit résulter d’une œuvre culturelle pour la forêt. Ce qui implique des bonnes pratiques pour favoriser une stratégie de gestion et une bonne connaissance du terrain.

Une des difficultés, aujourd’hui,  réside dans les nouvelles techniques de transformation du bois en produits finis. Ces nouvelles tendances technologiques ont particulièrement bouleversé le secteur traditionnel. 

Ces produits de l’industrie du bois, dont le bois d’œuvre, le bois de placage, le contreplaqué, ou les panneaux de particules, utilisent des arbres qui peuvent être plus jeunes d’où le risque de privilégier la rentabilité immédiate à un placement à long terme. 

La question du paysage

Valoriser le patrimoine forestier demande donc une attention particulière afin de préserver la biodiversité et la conservation de la qualité des paysages et des richesses culturelles de la Creuse. 

Les nombreuses interventions de la salle révélaient en grande partie l’inquiétude des coupes rases et des nouvelles essences de plantation.

Ensuite, une présentation rapide de l’ASLGF, Association syndicale libre de gestion forestière (ici un PDF pour en savoir plus), a été faite afin de proposer des solutions à différentes difficultés rencontrées par les propriétaires. Effectivement, l’ASLGF est un regroupement qui permet de mutualiser les coûts de gestion des parcelles, très utile en Creuse où 94 % de la forêt est privée et où la moitié des propriétaires forestiers possède moins d’un hectare de bois. Cette idée de mutualisation progresse peu à peu et peut apporter une réponse aux propriétaires de bois et forêts soucieux du devenir de leur patrimoine et du paysage.

Les échanges permirent à chacun d’évoquer des problématiques partagées par Hans Kreusler qui rappelait qu’il n’existe pas une solution miracle mais une réelle prise en compte d’un autre mode de gestion de la forêt. 

La gestion durable, gagnante sur tous les points

Car, contrairement aux idées préconçues, une gestion durable des forêts peut garantir leur diversité biologique, leur capacité de régénération, leur vitalité  mais également leur capacité de satisfaire les fonctions économiques, écologiques et sociales sans causer de préjudices à d’autres écosystèmes.

De plus, une stratégie de reproduction durable permettrait de maintenir des connaissances qui nécessitent une formation en milieu naturel et également une transmission des savoirs. Une sorte de « haute couture, plutôt que du prêt à porter » qui permettrait de valoriser les savoirs faire forestiers et de maintenir une vie rurale, voire d’attirer des jeunes en Creuse.

Ensuite, une présentation rapide de l’ASLGF, Association syndicale libre de gestion forestière (ici un PDF pour en savoir plus), a été faite afin de proposer des solutions à différentes difficultés rencontrées par les propriétaires. Effectivement, l’ASLGF est un regroupement qui permet de mutualiser les coûts de gestion des parcelles, très utile en Creuse où 94 % de la forêt est privée et où la moitié des propriétaires forestiers possède moins d’un hectare de bois. Cette idée de mutualisation progresse peu à peu et peut apporter une réponse aux propriétaires de bois et forêts soucieux du devenir de leur patrimoine et du paysage.


Sauvegarde de l’église de Saint-Georges

La Montagne le 05/03/2021

Dans le contexte inhabituel dû au Covid, une réunion du conseil d’administration de l’Association pour la sauvegarde de l’église de la commune a eu lieu à la mairie, tenant lieu d’assemblée générale.

L’association est dynamique. Ainsi, au cours de l’année 2020, elle a pu réaliser un repas, un concert avec le groupe vocal Chœur de Chauffe, début juillet, puis un autre avec Ione et David Ashmore, en septembre, une messe en juillet et la célébration de Noël autour d’une belle crèche. D’ailleurs, toute la place de l’église et le bourg ont été décorés par des bénévoles, et chaque village a eu son bouquet de houx et sapin avec un colis…

La trésorerie est saine. L’association a acquis une armoire pour la sacristie. La commune va y réaliser un plafond, encore avec des bénévoles et les employés communaux.

Un verre Cathédrale pour le vitrail du chœur va être changé, et le confessionnal, du XIX e siècle, avec l’autorisation des Services de la conservation du patrimoine de la Creuse, sera restauré. Deux grands tableaux du XVII e siècle doivent être inscrits aux Monuments de France.

La municipalité a également pris contact avec la Fondation du patrimoine, lui fournissant un ancien dossier d’étude de travaux à remettre à un architecte agréé qui pourra la conseiller et mettre en route une démarche à propos du bâtiment lui-même, dont le clocher. La cloche, pesant 617 kg, est en excellent état et doit recommencer à sonner.

 


Les élus veulent co-construire un tiers-lieu

La Montagne du 19 Janvier 2021

Lors de sa dernière réunion, le Conseil municipal a abordé, entre autres, les points suivants.

DETR 2021. Les dossiers des demandes de dotation d’équipement des territoires ruraux 2021 (DETR) ont été déposés pour les catégories d’opérations d’investissement éligibles à subvention.

Dans le cadre des priorités de la commune, trois dossiers ont été votés à l’unanimité.

Des travaux de remise en état de la voirie communale seront entrepris sur la route de Ribère au départ de Bournazeau jusqu’à la RD3. Ce tronçon emprunté par le bus scolaire ne présentant plus un état sécuritaire suffisant, devenait prioritaire.

D’autre part, les menuiseries extérieures (volets et portes) de l’école seront changées.

Enfin, des mobiliers urbains (bancs et tables) seront installés sur des espaces de convivialité dans le bourg.

Sécurité routière. Un panneau de stop sera installé à l’intersection des deux routes départementales afin de sécuriser cet axe très emprunté et proche de l’école.

Conventions. Plusieurs conventions ont été votées afin de régulariser les mises à disposition : validation de la nouvelle convention avec la Saur de mise à disposition d’un service d’astreinte pour le service d’eau potable, renouvellement de la convention de location de la salle polyvalente et du tarif avec mise en place d’une caution, création de convention de mise à disposition du stade et des vestiaires avec l’association du football, ainsi que d’un local pour le stockage du matériel du comité des fêtes Saint-Georges en fête.

Projet de tiers-lieu. La volonté des élus étant de favoriser la mobilisation citoyenne, de créer, voire recréer, des liens, autour de projets collectifs, la question du tiers-lieu a été débattue.

En conclusion, un comité de pilotage associant les partenaires institutionnels, pluridisciplinaires, ainsi que les habitants, sera mis en place.

Ce comité permettrait une réelle co-construction, dès l’élaboration du projet, avec les utilisateurs.


Les élus s’informent et consultent sur l’éolien

Janvier 2021

Le Conseil municipal s’est tenu le samedi 30 janvier, à la mairie et en visioconférence sur Zoom. Les élus ont notamment délibéré sur les différents dossiers suivants.

Modification des statuts du SDEC 23. Le SDEC 23 a initié une démarche de déploiement d’infrastructures de recharge pour véhicules électriques (IRVE) en partenariat avec les collectivités du département.

Cette délibération a pour objectif de valider la modification qui permettra d’intégrer la compétence mobilité durable afin de permettre aux communes qui le souhaitent de bénéficier du déploiement de ces infrastructures.

Étude patrimoniale du schéma directeur eau potable. La réalisation de cette étude permettra, à la commune d’optimiser ses connaissances concernant le patrimoine dédié au service public de l’eau, d’obtenir un diagnostic fiable des installations, d’améliorer le rendement des réseaux. Il s’agira aussi d’améliorer les performances des réseaux par la mise en place de compteurs de sectorisation.

Cette étude et la mise en place de compteurs de sectorisations peuvent être subventionnées par l’Agence de l’Eau Loire Bretagne à hauteur de 70 % et le Conseil départemental de la Creuse à 10 %.

Demande d’information sur l’éolien en Creuse. Les élus se sont interrogés sur les conséquences que pourrait avoir l’éolien sur l’environnement : destruction de la forêt, risques sur la qualité de l’eau et sur les captages, sur la faune et la flore, altération du paysage entraînant un effet négatif sur le tourisme, l’économie locale et l’immobilier. A la suite de ce constat, les élus à l’unanimité ont décidé, dans un premier temps, de s’opposer à l’étude d’implantation de parc éolien sur le territoire de la commune. Et, en second temps, d’informer et de consulter la population avant de prendre, par l’ensemble des élus du conseil, toute décision définitive qui pourrait impacter la commune.


Un premier semestre en tant que maire

La Montagne du 06 Janvier 2021

Delphine Poitou Le-Bihan, adjointe dans la précédente équipe, n’envisageait pas spécialement de repartir pour un mandat. Toutefois, le comité des habitants, créé pour mettre en place la démocratie participative, est venu la solliciter. Après de nombreuses réunions, un programme municipal, reflet des consultations des habitants, fut construit. C’est naturellement que Delphine Poitou Le-Bihan est apparue comme la plus légitime pour devenir tête de liste. Elle a été élue maire en juin dernier avec, pour première adjointe Patricia Laplanche ; le Conseil municipal votait ainsi pour un binôme féminin ; une première pour cette commune.

Le dossier de l’eau et de l’assainissement

« Maire en plein confinement ajoute quelques difficultés à la fonction élective, précise Delphine Poitou Le-Bihan. Toutefois, la volonté d’agir dans l’intérêt des habitants est renforcée par le dynamisme de la nouvelle équipe. Très rapidement, nous avons contacté tous les habitants les plus fragiles afin de garder le contact. Ensuite, les obligations communales et intercommunales ont été distribuées entre les conseillers municipaux ».

Pour la nouvelle équipe en place, l’enjeu est de taille car elle s’attaque à de nombreux dossiers laissés en jachère. Un dossier colossal, l’eau et l’assainissement, reste une priorité absolue. Des élus se sont déjà emparés du dossier et ont pu visiter avec Philippe Bayol la station d’épuration de Saint-Vaury.

D’autres planchent sur la faisabilité d’une garderie à l’école, voire d’un accueil périscolaire, d’une bibliothèque ou la création d’un tiers lieu très attendu à Saint-Georges. Ce lieu commun permettrait de redynamiser la commune, de créer de l’activité économique artisanale, voire tout simplement de se retrouver entre habitants.

Rapidement, neuf commissions municipales élus\habitants ont été votées afin d’impliquer, comme promis, les habitants aux projets municipaux. D’ailleurs, celles-ci se sont déjà toutes réunies en visioconférence.

Action municipale et réflexion citoyenne

À noter, le comité des habitants, toujours existant, ne se substitue pas à l’action municipale, il la complète. Ascenseurs d’idées citoyennes et de communication entre la population et l’équipe municipale, il favorise l’émergence de collaborations.

Delphine Poitou Le-Bihan précise que le fait d’impliquer les citoyens nécessite une organisation de travail plus transversale et demande du temps. Elle ajoute : « Conjuguer vie professionnelle, vie personnelle et fonctions électives demande une certaine vitalité. Mais en tant qu’hyperactive très bien entourée, je suis tout à fait prête à assumer ».


Le comité des fêtes a tenu sa promesse

La Montagne le 23/12/2020

Le comité des fêtes de Saint-Georges-la-Pouge a tenu sa promesse vendredi dernier à 15 h 30 au moment du goûter de l’école de Saint-Georges-la-Pouge. Mesures sanitaires obligent, cette année le Père Noël ne pouvait pas participer au goûter de l’école et remettre les traditionnels gâteaux spécialement confectionnés par la boulangerie de Saint-Georges et offerts par la mairie. Mais c’était sans compter sur la promesse du comité des fêtes qui avait installé la boîte aux lettres de Noël. Après avoir contacté le Père Noël, celui-ci, malgré ses nombreuses obligations, a pu se libérer pour venir récupérer les 25 lettres des enfants. C’est le lutin de La Poste qui a effectué le transfert afin que chaque enfant puisse recevoir, mardi au plus tard, une réponse. Dans l’impossibilité de venir l’embrasser, les enfants se sont rassemblés derrière le portail. La magie de Noël opérant, même les plus petits, un peu impressionnés malgré la distance, ont envoyé de nombreux baisers virtuels au Père Noël en lui promettant d’être tous très sages.


Itinéraire bis à Saint-Georges-la-Pouge

Décembre 2020

France 3, avec l’émission itinéraire bis, était en décembre 2020 sur Saint-Georges-la-Pouge pour faire un sujet sur la commune et ses habitants.


Vendredi 4 décembre 2020 “La Montagne”

Après le vide-grenier de cet été qui a connu une certaine popularité, et malgré le confinement, les membres du Comité des fêtes restent actifs. Pour la décoration du bourg et des villages l’imagination des bénévoles a été l’occasion de transformer des matériaux de récupération en décorations de Noël.

Chacun a œuvré pour décorer les arbres et embellir la place de la mairie. Le traîneau du Père Noël et ses rennes complètent la décoration ainsi que la traditionnelle boîte aux lettres du Père Noël. De multiples tableaux agrémentés de houx recouvrent également le mur de la place de l’Église. Une guirlande lumineuse, acquise depuis peu par la commune, complète la décoration de la place.

Avis aux plus petits, le Comité des fêtes s’est engagé auprès du Père Noël à transmettre toutes les lettres qui seront déposées dans la boîte aux lettres. Ceci afin que chaque enfant puisse recevoir une réponse personnalisée. Enfin, à la nuit tombée, Saint-Georges-la-Pouge enfile sa parure de Noël qui brille de mille feux pour émerveiller petits et grands. Il ne manque plus que le beau sapin qui sera installé plus tard par la commune.


Mardi 24 Novembre 2020 “La Montagne”

Le Conseil municipal s’est réuni sous la présidence de Delphine Poitou Le-Bihan, maire, pour aborder les points suivants.

Demande de subvention à l’office central de coopération à l’école (OCCE). L’école ne pouvant plus réaliser les sorties prévues au programme cette année (piscine, rencontres inter-écoles) il a été voté l’octroi d’une subvention afin de permettre à un animateur de venir faire des interventions.

Demande d’octroi d’une licence IV. Les communes de moins de 3.500 habitants qui ne disposent pas de licence au 27 décembre 2019 peuvent en faire la demande. La commune a délibéré afin d’obtenir cette licence IV.

Monuments historiques. Inscription de deux tableaux à la protection au titre des monuments historiques. Après inspection des objets mobiliers de la commune, la conservatrice Mme Thévenot s’est rapprochée d’experts notamment auprès du Musée du Louvre qui lui ont confirmé l’intérêt de protéger au titre des monuments historiques deux tableaux appartenant à la commune. Cette démarche permet de leur donner un statut juridique et des aides de l’état pour leur restauration.

Adoption du règlement intérieur. Bien que non obligatoire dans les communes de moins de 1.000 habitants, la commune a souhaité fixer les règles de fonctionnement interne de son Conseil municipal dans le respect des dispositions législatives et réglementaires en vigueur.

Redevance d’occupation du domaine public. Depuis plusieurs années, la commune n’avait pas réclamé de redevance d’occupation du domaine public notamment auprès d’Orange et d’Enedis. Le vote d’une délibération permettra à la commune de réclamer à Orange la redevance sur les cinq dernières années et représente un montant de 8.158,03 €, la même démarche sera opérée auprès d’Enedis.


Mardi 17 Novembre 2020 “La Montagne”

Trente-quatre ans après avoir succédé à ses parents, Michel Delaurent est toujours fidèle au poste à l’épicerie de Saint-Georges-la-Pouge.

Les parents de Michel Delaurent, l’actuel épicier, se sont installés à Saint-Georges-la-Pouge en 1956. À l’époque, les supermarchés ne faisaient pas de concurrence à l’épicerie du bourg. Un tapis roulant desservait même la cave pour stocker toutes les marchandises, tant la clientèle était nombreuse.Une présence indispensable

En 1986, après neuf mois passés à Paris, Michel Delaurent reprend la succession. Malgré d’autres opportunités, c’est un choix de vie plus qu’une obligation familiale qui le décide. Sa belle-sœur et sa sœur l’accompagnent dans cette aventure.

Michel se rappelle que, jusqu’en 1995, on recensait 560 épiceries sur le territoire limousin et que dix ans plus tard, on en comptait déjà 40 % de moins. La désertification et le développement des grandes surfaces ont peu à peu éliminé tous ces petits commerces qui apportaient une présence indispensable dans un village. Aujourd’hui, il est seul à tenir boutique suite au déclin progressif des ventes. Pourtant, malgré toutes ces difficultés, l’épicier de Saint-Georges-la-Pouge fait de la résistance.

Son sens du service le rend toujours disponible et accueillant pour sa clientèle. Cette épicerie -primeur-presse-quincaillerie-mercerie-chausseur continue de proposer une diversité de produits, le tout dans une atmosphère qui rappelle le bon vieux magasin général. D’ailleurs, ce lieu évoque quantité d’objets dont chacun a conservé le souvenir : les boîtes colorées, les planches de boutons et les rangées de bobines de la mercerie. Que de trésors…

Si le premier confinement a été une « bouffée d’air » salvatrice, les habitudes sont vite revenues et les clients ont repris le chemin des supermarchés. C’est dommage, car Michel Delaurent considère qu’un service de proximité c’est avant tout du rapport humain. Sa petite épicerie n’est certes pas la plus rentable mais Michel Delaurent ne regrette rien car ce parcours de vie, il l’a choisi.

Son objectif : tenir jusqu’à la retraite et peut-être susciter l’envie de jeunes repreneurs. Pourquoi pas ?


Lundi 16 Novembre 2020

16 novembre 2020 CM

Mercredi 13 Novembre 2020 “La Montagne”


Des chrysanthèmes dans la commune

La Montagne du 08/11/2020

Suite aux mesures gouvernementales, les grandes surfaces ne peuvent plus vendre de produits non essentiels, dont les fleurs.

La maire, Delphine Poitou Le Bihan n’a pas hésité, et est allée récupérer ce don. Les agents municipaux se sont ainsi chargés de fleurir le bourg, le devant et les allées du cimetière.

 


Vendredi 6 Novembre 2020 “La Montagne”